TÉMOIGNAGE. Sandrine, amputée à la suite d’un choc toxique peut-être lié à sa cup menstruelle (Ouest-France)

Mercredi 29 janvier 2020
À Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire, une jeune femme de 37 ans a été victime d’un choc toxique qui a entraîné l’amputation des pieds et de phalanges des deux mains. Une infection en lien avec la cup menstruelle, dit-elle.

Lire l’article complet : en cliquant ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *