Nantes. « La prochaine fois, je vais sans doute mourir », craint le blogueur azéri (Ouest-France)

Jeudi 08 avril 2021
Opposant au régime de Bakou, un blogueur azéri a échappé déjà deux fois à de violentes agressions sur le sol nantais, la dernière le 14 mars. Mahammad Mirzali vit, depuis, reclus. Refusant de bâillonner sa liberté de parole. Mais conscient d’être peut-être en sursis.

Lire l’article complet : en cliquant ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *