Nantes. La parole de l’épouse n’est pas une preuve (Ouest-France)

Jeudi 31 mars 2022
Pour les violences conjugales, attestées par les déclarations de l’enfant du couple, l’homme a été condamné à douze mois de prison avec sursis probatoire. Il devra indemniser son ex-épouse et effectuer un stage de responsabilisation.

Lire l’article complet : en cliquant ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *